Les potentiels piscicoles de la RCA

Publié le par Beafrika ti mo

Les potentiels piscicoles de la RCA

La pisciculture a été introduite en RCA sous la colonisation à partir de 1950, pour pallier à la carence en nutrition (poisson) des populations. Dès lors, on dénombra 20 000 étangs familiaux de petites superficies (1 à 1,5 are). Ces activités ont été abandonnées, faute d'encadrement après les indépendances. Pour prendre en compte leurs destinées alimentaires en matière de poisson, quatre États de la sous-région, à savoir le Congo-Brazzaville, la RCA, le Cameroun et le Gabon ont créé un Projet régional de Formation et de Recherche piscicole en Centrafrique basée à Landja-Bangui entre 1968 et 1972, ce qui a permis la relance de la pisciculture. Les principaux atouts de la pisciculture ont été :
- Le lancement du Centre piscicole nationale de Bangui-Landja, malheureusement détruit lors des événements militaro-politiques de 1996 à 1997 ;
-la formation des encadreurs chargés de la vulgarisation des techniques modernes de la pisciculture ;
- la formulation de nouveaux aliments composés permettant de maximiser la production piscicole dans un délai réduit à six mois pour obtenir un poisson de poids moyen allant de 200 à 300 g ;
- l'expérimentation de la reproduction artificielle et d'élevage des clarias lazera, des carpes, des crevettes, de spiruline et d'élevage associé.


À la fin des années 1990, on dénombrait 8 500 pisciculteurs propriétaires de 10 000 étangs produisant 250 à 300 tonnes de poisson par an. Actuellement, on peut estimer à 3 500 le nombre des pisciculteurs répartis sur tout le territoire national. Après la destruction de Landja, une station piscicole a été créée à Ndrès pour pallier et appuyer la vulgarisation. Elle a permis d'atteindre un niveau record malgré les difficultés sociales (vol, pillage).


Le potentiel technique de la pisciculture en Centrafrique est ainsi estimé à 100 000 pisciculteurs pour 2 000 hectares pouvant produire plus de 3 500 tonnes de poisson par an.


Source écrite : www.codesria.org

Commenter cet article