CENTRAFRIQUE : ABRI DE TOULOU

Publié le par Beafrika ti mo

CENTRAFRIQUE : ABRI DE TOULOUCENTRAFRIQUE : ABRI DE TOULOU
CENTRAFRIQUE : ABRI DE TOULOUCENTRAFRIQUE : ABRI DE TOULOU

Sous-Préfecture de N'Délé
Extrait de Mission de recherches préhistriques en République Centrafricaine

Nos recherches ont porté dans cette région sur la zone traversée par la nouvelle piste Tiroungoulou-N'délé qui suit la bordure sud de la cuvette tchadienne sur 240 km. Au départ de Tiroun- goulou nous avons remarqué plusieurs « kagas » granitiques qui portent toutes des traces d'occupation historique. A partir de la Gounda (1) et en direction de N'délé, la région change d'aspect et de très nombreuses kagas gréseuses se présentent à gauche et à droite de la piste. Elles sont creusées d'abris plus ou moins vastes où, dans plusieurs d'entre eux, nous avons observé des traces d'habitat préhistorique.

L'abri de Toulou est creusé dans une énorme kaga gréseuse à 150 m environ du marigot de même nom. La hauteur de l'ouverture atteint par endroits 6 à 7 mètres sur une trentaine de mètres de long. Il est peu profond mais plusieurs galeries percent le bloc rocheux de part en part.

La situation de cet abri près d'un cours d'eau et ses dimensions exceptionnelles font qu'il a été occupé de la Préhistoire à nos jours. La couche archéologique y semble très épaisse. Des recherches pratiquées sur le talus et les ravinements creusés par l'eau nous ont donné de la céramique en abondance, des traces de mâchefer et des tuyères de hauts fourneaux.

L'époque préhistorique est représentée par une série d'éclats de quartz et de quartzite. Nous y avons un beau racloir à retouches bifaciales et un racloir droit. Toute l'industrie recueillie dans les abris de ce secteur semble appartenir à la même civilisation. Actuellement il nous est difficile de la classer avec certitude dans la chronologie préhistorique mais le débitage observé s'apparente à celui du Paléolithique Moyen. Il sera indispensable de pratiquer des fouilles pour faire les observations et études nécessaires.

L'abri de Toulou possède des peintures rupestres. A notre arrivée nous avons remarqué immédiatement sur les parois de nombreux dessins et graffiti. L'examen détaillé permet de se rendre compte qu'il y a plusieurs époques :
a) Graffiti récents au charbon de bois ou en blanc, lignes enchevêtrées et personnages.
b) Personnages peints en blanc avec les bras en anse de pot, imitation de personnages plus anciens peints en rouge que nous mentionnerons plus loin.
c) Animaux traités en blanc ou en ocre (buffles et éléphants) et un avion dans la partie centrale de l'abri.
d) Ponctuations en rouge recouvertes par les graffiti récents sur le côté nord de l'abri.
e) Personnage très stylisé et ponctuations en rouge sur les parois sud.
f) Dans un diverticule côté sud et dans un creux très accentué deux personnages en rouge, hauts de 38 et 34 cm, aux bras en anse de pot.
g) Dans un diverticule très bas au centre de l'abri une frise de neuf personnages, de gauche à droite :
— Deux personnages peints en noir, le corps étant constitué par une tache, hauts de 19 et 16 cm. — Une série de sept personnages d'un style très différent traités en trois teintes : blanc, rouge et noir. Les six premiers ont un collier et des ornements aux chevilles. Ils semblent marcher en direction du septième qui leur fait face, le bras droit levé et tenant dans sa main un objet blanc. Les personnages 1 et 5 portent une sorte d'ombrelle, les n° 2, 3 et 4 ont le bras tendu vers celui qui les précède et la main posée sur son épaule. Le n° 6 porte un objet blanc allongé et terminé par une boule (massue ?).

Cette frise de personnages, vu sa position éloignée de l'ouverture de l'abri, est bien conservée. Ces peintures nous paraissent être les plus anciennes avec les personnages en rouge et les ponctuations de même teinte. Tout l'ensemble devra faire l'objet d'un minutieux; examen lors de prochaines visites.
Là par contre une importante occupation historique, l'endroit ayant servi de camp au Sultan Senoussi.

http://www.persee.fr/doc/

(1) Cette région est entièrement inhabitée sur plus de 200 km. Nous situons donc les points de gisement en kilomètres par rapport au pont de la Gounda, ne pouvant mentionner aucun lieudit mis à part les cours d'eau et l'abri de Toulou.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article