CENTRAFRIQUE : les chutes et l'usine de Boali

Publié le par Beafrika ti mo

CENTRAFRIQUE : les chutes et l'usine de Boali
CENTRAFRIQUE : les chutes et l'usine de Boali
CENTRAFRIQUE : les chutes et l'usine de Boali
CENTRAFRIQUE : les chutes et l'usine de Boali

Boali est une localité de République centrafricaine, chef-lieu de l'une des six sous-préfectures de la préfecture d'Ombella-M'Poko. Elle est située à 95 km au nord-ouest de Bangui par la route nationale 1. Elle est située en proximité de la rivière de Mbali.

En 1926, la Société des cotons du Congo installe une usine d'égrenage à Boali, cette société cotonnière deviendra la Contonfran. Le 15 avril 1955, inauguration de la centrale hydroélectrique Boali 1, qui alimente Bangui en électricité depuis 1954. Le 12 mai 1967, Boali devient chef-lieu de la préfecture d'Ombella-M'Poko. Il sera par la suite transféré à Bimbo.

Une ligne (nommée ligne n°1) de transport de 81 Km sous une tension de 63 KV relie l’usine située à Boali à Bangui le centre de consommation.

En 1976, entre en service une deuxième installation hydroélectrique au fil de l'eau sur la rivière Mbali, Boali 2, par les Yougoslaves et a fait l’objet d’une réhabilitation en 1990.

Une ligne nommée n°2 de 83 Km dimensionnée pour 110 KV et exploitée en 63 KV relie l’usine de Boali 2 au centre de consommation Bangui. Cette ligne n°2 est en bretelle avec la ligne n°1 et est interconnectée au poste B de Bangui.

Le 1er septembre 1991, est inauguré le barrage régulateur Boali 3. Le barrage a été construit pour deux objectifs :
1. Stocker l’eau pour la régulation du débit de la Mbali pour permettre aux deux usines de Boali 1 et 2 de maintenir en toute saison leurs unités en service. C’est ce rôle que joue actuellement le barrage.
2. Installer deux turbines de 5 MW chacune au pied du barrage.

Les chutes de Boali sont accessibles en moins de 2 heures de route de Bangui, les chutes de Boali sur la rivière Mbali, d'une hauteur de 50 m pour 250 m de largeur, sont impressionnantes, d'autant plus durant la saison des pluies.

Depuis 1954, Boali est l'unique lieu de production d'éléctricité d'origine hydraulique du pays. En 2006, les deux sites de production atteignent une puissance combinée de 18,65 mégawatts. Une usine de filature et de tissage de coton de l'ICOT (Industrie Cotonniere de l'Oubangui et du Tchad) utilise l'énergie des chutes, elle deviendra ICCA (Industrie Cotonnière Centrafricaine), elle est de nos jours fermée.

Source : wikipedia et "Les sites Hydroélèctriques en Centrafrique" (http://www.riaed.net/)

Commenter cet article